San Pedro d’Atacama : ascension du volcan Lascar

San Pedro d’Atacama : ascension du volcan Lascar

Classé dans : Chili | 0

Cinq heures du matin. Il fait encore nuit noire à San Pedro lorsque je sors discrètement de ma chambre, ma lampe frontale allumée.

Aujourd’hui je vais pousser un cran plus haut mes limites et gravir un volcan actif de près de 5600 mètres. Aujourd’hui est un grand jour.

Au bout de la rue, les lueurs du 4×4 d’Ale et Barbara apparaissent bientôt.

On a encore 4 passagers à récupérer : Tangui le français, Mario le colombien-mexicain, Ana l’argentine  et Carlos le vénézuélien.

Ale et Barbara représentant respectivement les iles Canaries et le Chili,notre petite expédition sera multiculturelle.

« Alors tu es venue finalement? » me demande Tangui en embarquant. J’acquiesce,oui oui, c’est bien moi en chair et en os.

Il sourit.

« Quand Ale m’a appelé pour me dire qu’il arrivait bientôt mais qu’il passait chercher Maë avant, je me suis dit . attends, c’est la même Maë qui a dit hier qu’elle était fatiguée et qu’elle ne venait pas? »

Je rigole. Oui la même Maë. J’ai changé d’avis et surtout d’horaires de boulot entre temps, mais je crois bien être toujours la même.

On se dirige ensuite vers la poblacion Lickan Antay pour récupérer Mario. Après plusieurs appels infructueux, il ne répond toujours pas. Ale s’énerve. On décide à l’unanimité de ne pas insister, tant pis.

Après avoir embarqué Carlos et Ana, on prend enfin la direction de la Laguna Lejia, située à environ deux heures de route et 4200m d’altitude, aux pieds du Lascar.

On s’y arrête pour prendre le petit déjeuner.

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016

Quelques flamands roses se tiennent debout au bord de la lagune où se reflètent les Andes, baignées dans les lueurs du jour naissant. C’est magnifique.

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016 (autres types de flamands roses)
A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016

Le petit déjeuner avalé et une trentaine de photos plus tard on remonte en voiture direction le point de départ de l’ascension, à environ 4800 mètres.

De là il nous reste environ 800 mètres de dénivelé à gravir pour atteindre le sommet du Lascar, un beau stratovolcan composé de 6 cratères et qui culmine à 5590 mètres.

Ce jour là nous sommes à peine 4 groupes à se lancer à l’assaut de ce vieillard emblématique des Andes qui sent le souffre à plein nez. On avance à la queueleuleu, en serpentant sur les pentes du volcan.

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016

 

Tangi et moi sommes en tête suivis de Barbara et Carlos. Ale ferme la marche avec Ana qui semble souffrir du manque d’oxygène. A cette altitude, l’effort physique est plus difficile, alors on marche lentement, en s’hydratant bien pour éviter les maux de têtes.

Environ deux heures  et demi plus tard nous atteignons le cratère du Lascar. Il nous fait encore quelques minutes pour être au sommet.

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016
A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016

 

Il y fait un froid terrible et le vent souffle fort. Congelée, j’enfouie mes doigts endoloris dans le sol. Avec l’activité du volcan, le sol est tiède, ça me permet de me réchauffer un petit peu. On reste quelques minutes assis, à 5 500 mètres et des brouettes, à observer subjugués le paysage qui s’offre à nous.

Avec Tangui nous amorçons notre descente rapidement. Trop rapidement. Le terrain est un peu sablonneux, ça permet de faire de grosses enjambées. Mauvaise idée. Le genre de choses que tu sais qu’il ne faut pas faire mais que pris dans l’euphorie du moment tu fais quand même. Ca n’a pas raté, je suis certainement descendue trop vite et sur le chemin du retour, j’ai commencé à avoir mal à la tête.

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016

Le temps d’arriver à SPA et j’étais complètement dans le mal d’altitude. Erf.

Compatissante, ma responsable m’offre de prendre un jour de congé à la vue de mon état déplorable. Trop sympa.

Je m’en vais donc (in)dignement finir la journée alitée (toute personne qui a eu le mal d’altitude au moins une fois sait de quoi je parle). Heureusement, après une bonne nuit de sommeil tout va mieux.

Le lendemain j’échange quelques messages avec mes compagnons d’ascension. Tout le monde va bien, Ana a récupéré.

Et Tangui? Parfaitement bien. Son organisme à parfaitement supporté le changement d’altitude. Il s’est même offert une bière en arrivant.

Injustice totale.

**                                                                                        *****

Voilà donc comment, un jour de novembre 2016, j’ai passé la barre des 5000 mètres, au bord du cratère d’un volcan actif.

 

A thousand Smiles Away – Lascar 11/2016, en route du cratère pour le sommet!

 

Un grand merci à Ale et Barbara pour leur organisation!

Laissez un commentaire