Visiter le Salar d’Uyuni et le Sud Lipez au départ de Tupiza

Classé dans : Bolivie, Récits | 2
Souriez, aimez, partagez!

Quand on parle du Salar d’Uyuni, on parle du plus grand désert de sel du monde.

Situé à plus de 3500m d’altitude dans le département de Potosi au sud ouest de la Bolivie, il s’étend sur environ 10 500m2. D’un blanc impeccable, seulement tâché par quelques « iles » disséminées ci-et là et quelques jeeps qui le traverse par ci par là, le Salar d’Uyuni est une des plus grandes attraction touristique de Bolivie.

J’aime à croire que tous ces touristes, quelque part, aident à préserver ce désert de sel comme on peut le connaître aujourd’hui : sous leurs pieds gisent près de 40% des réserves mondiales de lithium, ce précieux composant des batteries. Et plus les hommes s’équipent en appareils électroniques plus le monde à besoin du lithium bolivien, mais ceci est une autre histoire!

Pour visiter le Salar on peut choisir des excursions entre 1 et 4 jours, au départ de la ville d’Uyuni,entre 3 et 5 jours au départ de la ville de Tupiza et de généralement 3 jours au départ de San Pedro d’Atacama (Chili).

Quelle ville de départ choisir? Bien entendu cela dépend des contraintes et priorités de chaque voyageur.

NB : Uyuni ça ne vaut vraiment pas la peine d’y rester avant/après l’excursion! Tupiza, si.

Choisissez plutôt :

Tupiza si….

  • vous arrivez en Bolivie depuis la frontière Argentine (La Quiaca / Villazon)
  • vous voulez éviter les troupeaux de jeep au départ d’Uyuni et être seuls ou presque sur les sites visités
  • vous ne voulez pas avoir à choisir entre 150 agences dont 100 douteuses
  • vous souhaitez visiter le Sud Lipez tranquillement
  • vous ne souhaitez pas faire une boucle (départ et retour du même endroit) et poursuivre plus au nord
  • vous avez du temps pour profiter d’une petite ville sympa et ses alentours

Uyuni si…

  • vous avez un budget serré et voulez négocier à fond
  • vous avez moins de temps et voulez voir uniquement le Salar
  • vous arrivez de La Paz et pensez poursuivre vers le Chili

San Pedro d’Atacama si...

  • vous arrivez du Chili et souhaitez poursuivre votre voyage en Bolivie

Après mes trois semaines à travers le Nord Ouest Argentin, j’ai débarqué au poste frontière de Villazon un matin d’aôut 2016.

La frontière qui sépare la Bolivie de l’Argentine est matérialisée par un pont. Enfin ça c’est sur le papier, parce que cette frontière est d’une porosité incroyable. Sur les rails de chemins de fer, des hommes et des femmes poussent de lourdes charrettes chargées de marchandises de part et d’autre du pont, dans le lit du fleuve asséché traversent des voitures, et de la même manière une file de personnes passe le poste frontière sans s’arrêter au guichet d’immigration dans le chaos et l’indifférence générale.

C’est sous un soleil de plomb que je choisis sagement de faire la queue au guichet d’immigration. Devant moi une autre voyageuse, chargée d’un lourd sac à dos. Elle s’appelle Liz, elle est argentine.

Liz souhaite se rendre au Pérou en passant par la Paz. Malheureusement pour elle, une longue et violente grève opposant les mineurs de Potosi et le gouvernement bolivien, les accès à la capitale administrative du pays sont bloqués. C’est donc en compagnie de Liz que je fais mes premiers pas en territoire bolivien. Villazon est une ville bruyante, bordélique et remplie de commerces en tout genre dont les étals débordent sur le trottoir. Les prix y sont trois fois moins élevés qu’en Argentine, ça fait du bien.

Après réflexion Liz se replie sur un plan B : rester à Villazon en espérant que la situation à La Paz décante, quitte à passer au Pérou par un autre moyen. Pour ma part je n’ai pas envie de rester à Villazon, ni envie de retourner en Argentine : il me faut continuer ma route. Je saute donc dans le premier train en partance et descendrait à la prochaine destination : Tupiza.

 

Tupiza est une petite ville au climat agréable, entourée de vallées. Les rues sont plutôt propres, les habitants amicaux. Sur la place principale des enfants jouent à l’ombre des palmiers,  sous les regards distraits des vieillards tranquillement assis sur des bancs.

J’y passerai trois jours avant de réserver mon excursion de 4J/3N avec l’agence Natural Adventure.

Les 4×4 sont composés en général de 4 passagers + cuisinière + chauffeur / 5 passagers + chauffeurs.

Au départ d’Uyuni, les agences casent jusqu’à 7 passagers par véhicule. Partir de Tupiza, où il n’y a qu’une dizaine d’agence qui se font à peine concurrence, c’est réduire les risques de partir avec une agence peu scrupuleuse, des chauffeurs bourrés, des véhicules mal entretenus et être entassés à 7 dans un 4×4. Le même mois ou je suis partie (aout 2016) 3 touristes belges ont trouvé la mort dans le Salar lorsque leur véhicule s’est retourné, et ce triste événement faisait encore parler de lui parmi les voyageurs de la région.


Retrouvez ma vidéo de ce voyage ici.


En avant pour le Sud Lipez!

Jour 1

A me voir penchée sur mon carnet de note, pensive, Théo résume rapidement notre première journée : « Bon ben t’as eu mal au ventre, t’es allée te coucher tôt et tu t’es endormie en une seconde ».

La réalité est infiniment plus complexe cela va de soi.

7h00 du matin ce jour là : je fais connaissance de mes futurs compagnons de route pour ces 4 jours. Quatre français, trois garçons et une fille prénommés Morgane, Edwin, Théo et Basile. Ils ont l’air sympa: tant mieux parce qu’on va être 24/24h ensemble!

Pour notre première journée d’excursion, on roule beaucoup. Notre premier arrêt se fait au Sillar, puis dans un village pour déjeuner avant de visiter le « village fantôme »un ancien hameau de mineurs. On est déjà à plus de 4000m d’altitude, il fait un froid de canard mais les paysages traversés sont magnifiques alors on oublie un peu nos bouts de doigts endoloris.

 

 

 

Le soir nous avons eu droit à un très bon dîner, j’ai trop mangé, j’ai commencé à me sentir ballonnée… et oui j’avoue je suis vite aller me coucher.

Jour 2

Au réveil une surprise nous attends : les habitants de Quetana ont bloqué la route de sortie du hameau en signe de protestation.

La raison semble être un conflit entre hameaux, gestionnaire de la réserve naturelle et gouvernement. Les trois chauffeurs présents descendent de leurs véhicules et se rendent à la barrière pour discuter avec les protestataires. Ceux ci leur remettent des tracts. La discussion ne semble pas aller bien loin. Les chauffeurs finissent par garder le silence, certains regardant leur pointe des pieds où la vaste étendue désertique les environnant : cela semble porter ses fruits car au bout d’un quart d’heure la barrière se lève; L’art de la négociation bolivienne est un mystère.

Nous commençons notre journée par un arrêt aux thermes de Polques.

Il fait -14° à l’extérieur, autant le dire tout de suite : se glisser dans l’eau chaude et relaxante du bassin thermal est un vrai plaisir! En plus nous avons le lieu pour nous tout seuls.

La journée se poursuit avec les visites du désert de Dali, de plusieurs lacs gelés dont je ne me souviens plus le nom, de la Laguna Verde surplombée par le majestueux volcan Licancabur en arrière plan (il est possible d’en inclure l’ascension dans l’excursion), la Laguna colorada et ses flamands roses ainsi que les Geysers de Sol de Mañana.

 

Alors que le vent souffle sans relâche et que le 4×4 avance sur un sol très sablonneux, nous croisons un couple à vélo. Ils semblent à bout de force. Nous nous arrêtons. Ils demandent à notre chauffeur où se trouvent le prochain hameau, et si nous avons de la nourriture.

Dieter, notre super chauffeur, leur remet quelques provisions pendant qu’il leur explique comment rejoindre l’hébergement le plus proche.

A l’intérieur du véhicule nous nous regardons tous, interloqués :quel courage, ou quelle folie, de traverser ces étendues arides et extrêmes à vélo!!

Le soir nous partageons notre hébergement avec un groupe d’allemands eux aussi partis de Tupiza avec l’agence Tupiza Tours, et un groupe partis avec l’agence Valle Hermoso Tours.

La soirée se terminera en partie de tarot à la lueur des bougies après avoir observé les étoiles filantes passer au dessus de nos tête.

Jour 3

Nous nous arrêtons pour voir deux formations rocheuse : la coupe du monde et le dromadaire.

On s’amuse comme des enfants à grimper un peu partout sous le regard rieur de Dieter.

 

Nous faisons  ensuite un arrêt dans une très belle vallée nommée Ciudad Italia avant de nous rendre à la Laguna Negra.

Un petit passage par la vallée de l’anaconda….

… puis un village où passe une ligne de train semi désaffectée…. et où les garçons se motivent à partager une partie de foot avec les enfants…

Et puis nous arrivons à notre hôtel de sel. Oui de sel. Les murs, les tables, les chaises les lits…. tout est en sel.

On se retrouve encore une fois avec nos désormais copains allemands de Tupizas Tours avec qui on dîne. On est déjà aux portes du salar.

Oups, prise la main dans le sac! Ou plutôt la cuillère dans la marmite…

Jour 4

04H30 les réveils sonnent. Ca pique. Les guides préparent les véhicules dans l’obscurité à la lueur de leur frontale.

Nous nous mettons en route pour l’ile Inka Huasi, une ile remplie de cactus au milieu du Salar. Alors que nous approchons nous commençons à apercevoir l’horizon les premières lueurs du jour.

Nous sommes les premiers sur place. Il faut grimper une volée d’escalier avant d’arriver au sommet. J’ai le soufle court.

Arrivée en haut il gèle, alors je m’enveloppe rapidement dans mon sac de couchage et fixe l’horizon.

Les couleurs commencent à changer : bleu rouge violet jaune… Quel merveilleux spectacle!

Peu à peu d’autres groupes nous rejoignent et le petit rocher se peuple. Il y’a  désormais presqu’autant de têtes humaines que de têtes de cactus.

Nous petit déjeunons avant de remonter dans le 4×4 pour aller prendre des photos « locas » au milieu du salar.

C’est le moment tant attendu de laisser libre court à notre imagination!

Dernier arrêts dans un hôtel de sel, la place des drapeaux et le cimetière de train où nous pouvons nous rendre compte de ce à à quoi nous avons échappé pendant 3 jours. Il y’a près d’une quarantaines de jeep stationnées aux abords du cimetière, et une horde de touristes à pris d’assaut les lieux,  grimpant ci et là sur les locomotives rouillées. Après trois jours au milieu de nul part le choc est rude.

On déjeune ensuite dans le centre d’Uyuni avant de se faire nos adieux : Dieter retourne à Tupiza, Morgane et Edwin prennent le bus pour la Paz tandis que Basile, Théo et moi restons sur place (nous avons tous les trois nos bus tôt le lendemain matin).

Ainsi s’achève cette très belle excursion dans le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni où ous avons pu découvrir des paysages grandioses, dans des conditions extrêmes (altitude, froid).


Plus d’images de cette excursion dans la galerie photo: c’est par ici.

La suite? C’est au Chili que ça se passe.


Recommandations

 

Emmener du papier toilette, des feuilles de coca, des vêtements chauds, environ 250 BS pour les frais d’entrée (réserve Eduardo Avaroa, thermes de Polques, ile Inka Huasi…)

Bien discuter avec l’agence de voyage de l’itinéraire, les lieux visités et ce qui est inclut (la quantité d’eau par personne ou les sacs de couchage par exemple)

Recharger à fond vos batteries d’appareil photo, les hébergements n’ont généralement pas d’électricité et le froid ne sera pas votre ami

Profitez et en prendre plein les mirettes!

 

Avec qui partir : Tupiza Tours, Natural Adventure (tarif d’environ 1250 BS par personne)

Où dormir à Tupiza : El refugio del turista (pas de wifi, il faut aller à l’hotel Mitru qui est partenaire), Hotel Mitru, Valle Hermoso Hostel (près du terminal de bus)

Où dormir à Uyuni : Piedra Blanca

 

2 Responses

  1. WILLIAM isabelle

    Félicitations pour tout ce travail de restitutions bien que je n’ai pas encore pu suivre tous tes déplacements. Je souhaite pouvoir y remédier bientôt car c’est très enrichissant cette mine d’expérience que tu fais découvrir à travers tes voyages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *