Là-haut à 3600m : bienvenue à La Paz

Classé dans : Bolivie, Récits | 3
Souriez, aimez, partagez!

La Paz, ou Notre Dame de La Paz pour être correct, est une ville surprenante.

Une rue de La Paz
Une rue de La Paz

Capitale administrative de Bolivie (parce que la vrai, la constitutionnelle c’est Sucre) d’une altitude moyenne de 3660 mètres, elle est située dans une cuvette entourée de beaux sommets andins enneigés qui culminent au delà des 6000 mètres d’altitude.

Avenue 16 de Julio, La Paz
Marché central de La Paz

C’est une ville de contrastes où dans la même minute on croise des femmes en habits traditionnels de « cholitas » ( terme controversé qui positivement ou négativement désigne les femmes boliviennes d’origine indigène vêtues de plusieurs jupons superposés sous une large jupe bouffante et coiffée d’un chapeau melon), des jeunes à la mode occidentale, des hommes d’affaires pressés, des backpackers « gringos » intrigués.

 

Les plus modestes ménages regardent de haut, depuis la banlieue d’El Alto, les plus riches situés en contrebas.

Ca c’est du poteau électrique!

Le centre-ville, plutôt anarchique et très animé du matin au soir, grouille de vendeurs ambulants installés un peu partout dans ses rues escarpées, alors qu’à quelques minutes de téléphérique  la Zona Sur et ses larges rues parées de vitrines et de beaux magasins ne sort de sa torpeur qu’à l’heure du déjeuner.

Là-bas, les gigantesques villas d’Achumani font oublier qu’à quelques kilomètres à peine des familles s’entassent dans des immeubles en brique rouge à peine terminés.

Femme en habits traditionnels, La Paz

Il y’a plus de 800 mètres de dénivelé entre El Alto et la partie basse de La Paz. Lorsqu’il pleut en bas, il neige ou pire en haut. Avec des variations de température de parfois 15 degrés, pendant que les plus humbles se les gèlent, les plus aisés frissonnent à peine.

La Paz, de haut, de nuit

La Paz c’est une ville dont on n’est jamais trop sûr de bien en partir ou même de bien y arriver. La faute aux manifestations continuelles et aux blocus des voies d’accès qui en découlent.

Si les français ont la réputation d’être un peuple protestataire qui aime descendre dans la rue en brandissant des banderoles, je ne sais que dire des boliviens qui ont fait des rues de La Paz leur meilleur moyen d’exprimer leur mécontentement. Chaque jour des manifestants arpentent l’avenue principale qui part de la place du marché: des malades qui réclament une meilleure prise en charge hospitalière, aux zèbres (bénévoles déguisés en zèbres qui régulent la circulation) et parents d’élèves qui protestent contre l’insécurité routière, en passant par les mineurs qui exigent de meilleurs salaires ou les indiens une meilleure représentation politique.

Toutes les couches ou presque de la société bolivienne ont un jour battu le pavé de La Paz.

Bus dans la rue Sagarnaga, La Paz

La Paz m’a étonnée, en bien. Je me suis surprise à apprécier son éclectisme, à prendre gout à ses contradictions.

foetus de lama séché, La Paz

La Paz c’est un fameux « marché aux sorcières » aux étales recouvertes de « potions » et d’élixirs naturels pour guérir des maux en tout genres et où pendent des foetus de lama séché. Selon les croyances des Aymaras ceux ci doivent être enterrés sous les maisons comme offrande à Pachamama en échange de ses bontés.

La prison San Pedro et la Plaza Sucre, La Paz

La Paz c’est une prison en plein sur une place du centre-ville où on entre et on sort presque comme si de rien n’était. Les condamnés  y vivent avec femmes et enfants et travaillent dans l’industrie (poudrière….) de la prison pour payer leur cellule. Cette même prison est à l’origine du célèbre roman Marching Powder paru en 2003 qui raconte l’histoire d’un australien qui y fut emprisonné pour avoir fait la « mule » et s’être fait attraper à l’aéroport. Ce prisonnier finit par monter un business en faisant visiter le pénitencier aux étrangers alors qu’il y’était incarcéré. Le tout sous le nez des matons complaisants. Aujourd’hui le fameux prisonnier a été libéré, les tours de la prison ne sont plus tolérés mais on peut toujours rencontrer Crazy Dave et son accolyte pour un tour extérieur à 13h sur la place.

Cholitas Wrestling, La Paz

La Paz ce sont des shows de wrestling le jeudi soir où des cholitas, se tirent par les nattes et s’envoient valser sur le ring sous les rires et les applaudissements de la foule locale.

Cholitas Wrestling, La Paz

Le jeudi soir toujours, après avoir apprécié le catch local, on se retrouve à applaudir des danseurs et musiciens de Saya ( musique des afroboliviens) qui jouent tambour battant sur le comptoir du Malegria, un bar situé dans le quartier bohème de Sopocachi.

La Paz c’est un gigantesque marché à El Alto où on trouve de tout, absolument tout, de jolis charangos (petite guitare andine à 10 cordes), des vêtements de seconde main de marques américaines, des pièces automobiles, de l’argenterie, de l’électroménager…. et pas loin des yatiris qui reçoivent leurs visiteurs dans de petites cabines bleues. Ces devins/chamans lisent la bonne aventure dans les feuilles de coca selon une méthode ancestrale et délivrent des remèdes et protections face aux aléas de la vie.

La Paz c’est un joli réseau; le plus long du monde d’ailleurs, de téléphériques colorés qui permettent silencieusement de passer d’un coté à l’autre de la ville en la survolant.

Mi teleferico, La Paz
Mi teleferico, La Paz

La Paz c’est être invitée le même soir à une soirée typique d’une confrérie de morenada (danse traditionnelle), à une fête déjantée dans une chaine d’auberge irlandaise bien célèbre, et terminer dans un club « cool »  à se trémousser sur du reggaeton porto ricain.

La Paz c’est attraper en courant son petit sachet de jus de pomme-quinoa et sa tucumana(ou salteña selon les gouts) baignée dans sa sauce cacahuette que vendent des femmes agées sur le trottoiren allant chez le  physiothérapeuthe et constater que la moitié de la foule qui vous entoure à aussi son petit sachet de jus/lait en main.

La Paz c’est un des meilleurs endroits pour se faire faire des vestes, jupes, et autres articles en cuir sur mesure pour 5 fois moins qu’en Europe.

 

La Paz c’est sauter en « rap jumping » , les pis à l’air, depuis un des plus hauts édifice du centre ville.

Rap jumping, La Paz

La Paz c’est un des meilleurs endroits d’Amérique du Sud pour envoyer des colis remplis de souvenirs glanés ci et là. Les paquets arrivent, si, si, parfois après 5 mois quand on commence à croire que nos jolies vestes en cuir sur mesure ont disparu au fond de l’océan… mais ils arrivent.

Pour les interesses, il y’a deux offices de Correo Ecobol a La Paz. Le bureau principal est situe en plein centre ville a l’angle des rues Santa Cruz et Oruro (les envois internationaux se font au sous sol), le second est situe dans la Zona Sur a San Miguel, c’est dans ce dernier que je me suis rendue. Prevoir une photocopie du passeport, du papier craft pour envelopper le colis ainsi que la liste de ce qu’il contient. Les  fonctionnaires sont super habitues aux envois internationaux et sauront vous guider aimablement. A titre d’infos j’ai paye environ 450 BS pour un colis de 6kg a destination des DOM. Il a mis 5 mois pour arriver… mais il est arrive. Apparemment vers les US et la metropole ca va bien plus vite (compter 3 semaines).

Artisanat, rues de La Paz

 

La Paz ce sont trois musées supers intéressants à ne pas rater : celui de la coca, pour comprendre l’importance de cette plante traditionnelle dans la culture bolivienne, le musée du folklore et le musée des instruments de musique. (l’entrée vaut moins d’1$).

Carrefour du « gringo trail », lieu stratégique pour visiter le reste du pays, La Paz est souvent considéré comme un simple point de passage par beaucoup de voyageurs. Intrigante, bruyante, parfois dérangeante, elle a pourtant beaucoup à offrir à celui qui prend le temps de la découvrir.

 

Où dormir à La Paz?

 

Wonderful House Hostel (Calle Vincenti #921) – une excellente auberge aménagée dans une maison tranquille du quartier de Sopocachi (55BS le lit en dortoir)

Adventure Brew hostel (Avenida Montes #503-533) – pour être proche du terminal (72 BS le lit en dortoir)

Wild Rover (Calle Comercio #1476) – pour les fêtards

Hospedaje Milenio ( Calle Yanacocha #860) – central, propre et économique (40 BS le lit en dortoir)

 

Se déplacer à La Paz

 

Mi teleferico cout du trajet 3 BS, avec une carte de transport

Micros, Minibuses, truffis  – de 1.5 à 4 BS environ, plus le véhicule est grand plus le tarif est bas. Il n’y a pas d’arrêt de bus à La Paz, on hèle le bus à son passage et l’on descend où l’on veut sur son itinéraire en avisant à haute voix le chauffeur

Taxi – économique, ils se payent à la course il n’y a pas de taximètre , bien être sur du tarif avant d’y monter et s’assurer que c’est un taxi officiel, de préférence utiliser un service de radio taxi et ne pas héler le taxi dans la rue

 

Que faire autour de La Paz ?

 

Descendre la route de la mort en quad ou en VTT

Grimper le Huayna Potosi et franchir la barre des 6000 mètres

Marcher dans la vallée de la Lune, monter à Chacaltaya

Il y’a trois principales zone de départ de bus pour le reste du pays : le terminal central (Potosi, Sucre, Cochabamba…), le terminal de Villa Fatima (Coroico, Rurrenabaque…), et la zone du cimetière (Lac Titicaca, Tiwanaku…)

3 Responses

  1. WILLIAM Isabelle

    Merci pour ces très belles photos.Ce doit être génial de traverser la PAZ en téléphérique mais en rap jumping ce doit être autre chose « hum ».Moins génial ces pauvres bêbêtes suspendues par le cou!! Alors prochaines vacances en en Bolivie pourquoi pas??
    Isabelle

Laissez un commentaire